Marlène C.

Bonjour M. Wigishoff,

Comme promis, je vous donne de mes nouvelles.

Les séances quotidiennes ( enfin… quasi… ) me détendent, (…)

Alors, ça peut vous paraître dérisoire, mais je suis très fière d’ouvrir mes volets quand j’en ai envie.
En effet j’habite au rez-de-chaussée et ma fenêtre donne sur une rue passante. J’étais toujours gênée quand les gens regardais chez moi et de ce fait, j’ouvrais tard les volets et je les fermais tôt…
Maintenant je laisse mes volets ouverts comme bon me semble, et tant pis si les gens me voient pas coiffée et en pyjama, en train de manger ou de faire le ménage…
Ça c’est un réel point positif !

J’ai été aussi agréablement surprise il y une semaine.
Je me suis retrouvée en cours dans une situation très angoissante. J’étais complètement bloquée, je pleurais,… Ça a duré au moins une heure…
Mais à aucun moment je n’ai senti que j’allais faire un malaise. Je me sentais très mal, mais l’idée de la fuite comme unique solution ne m’a pas un seul instant effleuré l’esprit…
Mieux encore ma prof m’a dit « tu peux tomber, je m’en moque » ( bon, hors contexte ça peut paraître étrange… ). Dans de tels moments, le fait d’aborder le sujet ne fait généralement qu’attiser mon angoisse et rapprocher le moment du malaise… Cette fois-ci ces paroles n’ont eues aucun effet, du moins pas négatif.

J’ai aussi la sensation d’être plus honnête avec moi, et avec les autres. Peut-être d’oser un peu plus être moi-même…

Voilà, quelques nouvelles plutôt positives qui me permettent de vous remercier.

Cordialement.

Marlène C.

This entry was posted in . Bookmark the permalink.
mattis venenatis Praesent tristique odio vulputate, fringilla sit